Au fil des ans, de nombreux mots à la mode sont apparus dans le domaine de la logistique, la « gestion de la chaîne d’approvisionnement » et toutes ses variantes en étant les exemples les plus courants. Il n’y a rien de nouveau dans ces termes. La gestion de la logistique est encore une discipline en développement, et l’évolution naturelle au fil du temps n’équivaut pas à des concepts véritablement nouveaux. Pour savoir comment la supply chain augmente la compétitivité d’une entreprise, regardez aussi cet article.

Néanmoins, les chercheurs continuent à discuter et à débattre de la signification du terme « gestion de la chaîne d’approvisionnement ». Chaque nouveau livre sur la logistique, semble-t-il, contient une autre définition de celle-ci. Pour moi, c’est une situation absurde, car il n’y a rien de vraiment nouveau, même si nous lui donnons un nouveau nom ou une nouvelle définition.

Le Council of Logistics Management a révisé la définition de la logistique en 1998 :

La logistique est la partie du processus de la chaîne d’approvisionnement qui planifie, met en œuvre et contrôle le flux et le stockage efficaces et efficients des biens, des services et des informations connexes du point d’origine au point de consommation afin de répondre aux exigences des clients.

D’autres personnes ont proposé la définition suivante la même année :

La gestion de la chaîne d’approvisionnement est l’intégration des principaux processus commerciaux, depuis l’utilisateur final jusqu’aux fournisseurs d’origine, qui fournissent des produits, des services et des informations qui apportent une valeur ajoutée aux clients et aux autres parties prenantes.

Cette définition couvre la plupart des activités commerciales. La définition de Christophe est davantage axée sur le client :

La gestion des relations en amont et en aval avec les fournisseurs et les clients afin d’offrir une valeur ajoutée supérieure au client à moindre coût pour l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement.

Le point de vue selon lequel la gestion de la logistique est plus interne que la gestion de la chaîne d’approvisionnement me semble quelque peu étrange étant donné que l’intégration entre les différents acteurs a toujours été fondamentale pour la gestion de la logistique.

Pour illustrer la multiplication de la définition et du concept de gestion de la chaîne d’approvisionnement, considérons qu’en 1999, 30 documents ont été présentés lors d’une conférence, ce qui a donné lieu à au moins 20 variations différentes sur le thème de la gestion de la chaîne d’approvisionnement :

– Réseau de la chaîne d’approvisionnement

– Gestion de l’offre

– Chaîne d’approvisionnement basée sur les capacités

– Dynamique de la chaîne d’approvisionnement

– Chaîne d’approvisionnement à l’échelle du réseau

– Une chaîne d’approvisionnement allégée

– Réseau d’approvisionnement

– Chaîne d’approvisionnement du web

– L’offre et la demande

– Une chaîne d’approvisionnement sans faille

– Intégration de l’offre

– Chaîne de la demande

– Gestion de l’information

– Coalitions d’approvisionnement

De même, des chercheurs ont constaté que le terme « gestion de la chaîne d’approvisionnement » était fréquemment utilisé mais que le concept avait hérité d’une multiplicité de significations – en d’autres termes, il y avait des désaccords sur la définition qui la décrit le mieux.

Voici quelques exemples de la fragmentation des définitions. La définition a fait l’objet d’un large débat sur la « relation acheteur-fournisseur ». Certains ont fait valoir que la gestion de la chaîne d’approvisionnement traverse les frontières entre les opérations et l’économie industrielle, le marketing, la géographie économique et la sociologie industrielle. (Selon cette description, la gestion de la chaîne d’approvisionnement inclut presque tout ce qui se rapporte aux affaires – ce qui n’est guère une définition significative).

Une autre définition était que la chaîne d’approvisionnement se composait d’une série d’acteurs qui sont dans une relation de dépendance les uns par rapport aux autres, et à travers lesquels circulent les matériaux, les paiements et les informations. Mais on pourrait également considérer cela comme une définition traditionnelle de la logistique.

La chaîne d’approvisionnement, c’est ce que vous en faites

Toutes ces variations et le manque de clarté de la définition conduisent à la conclusion que la chaîne d’approvisionnement est ce que vous en faites ; en d’autres termes, elle peut impliquer n’importe quoi, selon la situation. De ce point de vue, il ne s’agit pas d’une théorie nouvelle, ni d’un nouveau domaine scientifique.

Laissons un instant de côté la discussion sur la définition appropriée et sa relation avec la logistique, et examinons de plus près le concept lui-même et ses avantages possibles. Le concept de chaîne d’approvisionnement s’étend pour inclure une focalisation sur la production et implique à la fois les côtés approvisionnement et distribution de l’entreprise. À mesure que la chaîne s’étend, la distance entre le fabricant et le consommateur final augmente, tant d’un point de vue géographique qu’opérationnel. Dans le même temps, on observe une forte tendance vers des produits et une production de plus en plus orientés vers le client, ce qui nécessite des relations étroites entre les fournisseurs et les clients.

Cette tendance met en évidence la nécessité d’une forme de chaîne d’approvisionnement ou, plus généralement, d’un système d’intégration et de relations plus étroites. Mais le concept de « chaîne d’approvisionnement » est-il la solution à ce défi ? Une chaîne d’entreprises n’est qu’une partie d’un système complet et complexe. Il faut se concentrer sur l’ensemble des relations et des dépendances, ce qui constitue un grand défi.

Actuellement, la recherche sur la gestion de la chaîne d’approvisionnement est dominée par des projets liés aux technologies de l’information qui impliquent souvent une modélisation et une simulation basées sur ces dernières. Par conséquent, les consultants et les chercheurs en supply chain construisent des modèles dans un domaine limité, souvent sans avoir une connaissance approfondie de la théorie établie, de l’utilité pratique, des avantages économiques ou des effets de leurs développements sur le système dans son ensemble.

Dans le monde d’aujourd’hui, les entreprises sont façonnées par la complexité, des conditions en évolution rapide et un développement constant. Cela entraîne une instabilité à bien des égards, mais cette situation est-elle vraiment nouvelle ? Les gens n’ont-ils pas pensé, à toutes les époques de l’histoire, que leur propre époque était plus dynamique et plus changeante que toutes celles qui l’ont précédée ? Aujourd’hui, cependant, nous pouvons mieux prédire le changement que par le passé. Cela signifie que nous pouvons contrôler le développement et que le taux de développement est aujourd’hui faible par rapport aux périodes précédentes.

Les entreprises tentent de répondre aux évolutions dynamiques et à la complexité, en s’efforçant d’atteindre la stabilité et de mener leurs opérations de manière plus efficace. L’objectif du développement informatique est, dans une large mesure, de créer une meilleure (ce qui signifie souvent plus simple et plus facile) façon de mener les affaires.

Dans ce monde dynamique, nous créons de nouvelles théories et de nouveaux concepts tels que la gestion de la chaîne d’approvisionnement. Quels sont les critères des nouvelles théories et comment les nouvelles conceptions y sont-elles liées ? Il semble parfois que le degré de popularité – la fréquence à laquelle elle est utilisée, mentionnée ou à laquelle on y fait référence – soit le facteur déterminant.

Quel type de chaîne d’approvisionnement ?

Si nous voulons conserver le concept de « chaîne », le nom le plus approprié pourrait être « chaîne de valeur« . Mais à certains égards, il serait plus correct d’appeler la chaîne d’approvisionnement la « chaîne de la demande ». Une raison importante est que les demandes d’un soutien plus efficace proviennent souvent des clients. De plus, une discussion sur l’offre et la demande permet de conclure que tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement peuvent être considérés à la fois comme des clients et des fournisseurs, selon la position à partir de laquelle on considère la chaîne. Quel que soit le point de vue, l’extrémité de la chaîne est toujours le client final.

Si nous traitons la chaîne d’approvisionnement comme une théorie, nous pouvons la comparer avec d’autres théories et en tirer quelques conclusions. Par exemple, la théorie du canal de commercialisation se concentre sur le côté distribution et demande d’une entreprise ; on peut faire valoir que ce n’est qu’une partie de la chaîne, mais cela dépend de l’endroit où l’entreprise se situe dans la chaîne. La chaîne de valeur se concentre principalement sur les activités internes et les flux physiques, de sorte que les activités de soutien sont liées aux activités externes. En comparaison avec les chaînes d’approvisionnement, la chaîne de valeur accorde très peu d’attention aux systèmes d’information. La théorie des réseaux prend en compte l’ensemble du réseau, ses acteurs, ses activités et ses relations. La chaîne d’approvisionnement n’est qu’une partie d’un réseau, et ne nous donne donc qu’une partie de l’ensemble. Enfin, la théorie de la logistique des affaires inclut l’ensemble du flux de matériaux et les différentes activités qui s’y déroulent. La logistique d’entreprise ne se concentre pas sur l’intégration et le système d’information de la même manière que le concept de chaîne d’approvisionnement. En logistique, les systèmes d’information sont des outils naturels et nécessaires pour gérer le flux sous tous ses aspects ; ce n’est pas le principal objectif de gestion qu’il est dans la théorie de la chaîne d’approvisionnement.

Il est tout à fait possible de comparer et de trouver des différences entre le concept de chaîne d’approvisionnement et les concepts établis. Pourtant, le concept de chaîne d’approvisionnement n’est-il pas le résultat d’une recherche d’idées nouvelles – des idées qui contiennent très peu de faits nouveaux substantiels ? En fait, nous pourrions tout aussi bien appeler la gestion de la chaîne d’approvisionnement « gestion des flux de trésorerie » ou « gestion de l’information« .